galerie les Chantiers Boite Noire

Madeleine Berkhemer

garden of delight IV

 

Du 8 avril au 18 juin et du mercredi au samedi de 15.30 à 19.00. Vernissage jeudi 7 avril à partir de 18.00 

 

 

 

                    Pour son exposition personnelle à la galerie Chantiers Boîte Noire, Madeleine Berkhemer a choisi de réaliser une de ses installations fétiches « Garden of Delight ». Entre séduction, luxe et raffinement extrême, suspendu « tel un lustre de Murano », l’installation s’adapte aux spécificités singulières de la galerie. Le spectateur qui s’en approche vit un sentiment ambigu entre attirance et rejet, en découvrant les objets qui la composent. Une série de dessins et de collages choisis accompagnent cette installation.   Néerlandaise, Madeleine Berkhemer est née en 1973. Elle a étudié la mode à l’Académie d’arts visuels Willem de Kooning à Rotterdam. Pour M.B, « Un art sans connotation sexuelle n’a pas de raison d’exister ». Pour créer et développer ses concepts artistiques, elle a besoin de la sensualité, de l’érotisme qu’elle considère comme une réalité « intemporelle » absolue. Les médiums utilisés ne sont pas importants, elle privilégie le concept et s’exprime avec des matériaux courants qui ont une forte connotation féminine. M.B est connue pour ses installations réalisées à partir de bas et de collants tendus, suspendus comme des toiles d’araignées dans l’espace. À la frontière du fétichisme, ses oeuvres placent le public dans une posture de voyeur. Les oeuvres doivent plaire, mais aussi avoir un effet « répulsif » pour faire en sorte que l’observateur se sente coupable.   Présente sur la scène internationale, Madeleine Berkhemer a également exposé au CRAC de Séte dans le cadre de « Chauffe Marcel », expositions initiées et organisées par le FRAC Languedoc-Roussillon en 2006.   Réalisé avec le soutien de l’ESBAMA, de la DRAC L.R., de la Région L.R. et de la Ville de Montpellier

 

 

 

Pour son exposition personnelle à la galerie Chantiers Boîte Noire, Madeleine Berkhemer a choisi de réaliser une de ses installations fétiches « Garden of Delight ». Entre séduction, luxe et raffinement extrême, suspendu « tel un lustre de Murano », l’installation s’adapte aux spécificités singulières de la galerie. Le spectateur qui s’en approche vit un sentiment ambigu entre attirance et rejet, en découvrant les objets qui la composent. Une série de dessins et de collages choisis accompagnent cette installation.

Néerlandaise, Madeleine Berkhemer est née en 1973. Elle a étudié la mode à l’Académie d’arts visuels Willem de Kooning à Rotterdam. Pour M.B, « Un art sans connotation sexuelle n’a pas de raison d’exister ». Pour créer et développer ses concepts artistiques, elle a besoin de la sensualité, de l’érotisme qu’elle considère comme une réalité « intemporelle » absolue. Les médiums utilisés ne sont pas importants, elle privilégie le concept et s’exprime avec des matériaux courants qui ont une forte connotation féminine. M.B est connue pour ses installations réalisées à partir de bas et de collants tendus, suspendus comme des toiles d’araignées dans l’espace. À la frontière du fétichisme, ses oeuvres placent le public dans une posture de voyeur. Les oeuvres doivent plaire, mais aussi avoir un effet « répulsif » pour faire en sorte que l’observateur se sente coupable.

Présente sur la scène internationale, Madeleine Berkhemer a également exposé au CRAC de Séte dans le cadre de « Chauffe Marcel », expositions initiées et organisées par le FRAC Languedoc-Roussillon en 2006.

Réalisé avec le soutien de l’ESBAMA, de la DRAC L.R., de la Région L.R. et de la Ville de Montpellier