galerie les Chantiers Boite Noire

expositions

Armelle Caron

Chambres

du 04.04.2008 au 31.05.2008

 

 

 

 

A peu de chose près / Chambres / Istambul

 

Trois pièces inédites pour créer une atmosphère à la frontière entre jeu de langage, construction et déconstruction du monde. Des idées, des sentiments, des sensations se succèdent; oscillant entre réel et imaginaire, ils transforment par l’image et les mots la réalité de notre quotidien. Il suffit donc de plonger avec bonheur dans le labyrinthe proposé par Armelle Caron pour entreprendre une promenade insolite, un voyage inattendu…


A peu de chose près Projection animation vidéo
Ce sont les mots, les lettres et les espaces qui intéressent Armelle Caron, le langage est traité comme une matière porteuse de sens, mais aussi comme ayant un dessus, un dessous, un sur les bords. Les mots peuvent avoir la tête en bas ou se couper en petits morceaux. Ils peuvent jouer de leur forme autant que de leur sens et ne sont pas esclaves de la phrase.
Aux Chantiers Boîte Noire, les mots blancs sur fond noir seront projetés directement dans l’espace : le cadre disparaît, les mots flottent, grouillent, volatiles et délicats, le corps des visiteurs fait écran le temps d’un passage.
Mille opinions apparaissent et disparaissent.
Une lettre en plus, une lettre en moins, un espace et tout bascule de façon radicale :
rever / crever, étranger / étrangler, existe / sexiste, vie / vide, envie / en vie, …

Chambres Dessins
« Passionnée par le langage et les signes, Armelle Caron se garde bien de toute tentative littéraire, évite soigneusement tout ce qui commence et qui finit, travaille à l'effacement de sa présence dans l’œuvre pour ne laisser au spectateur qu'une proposition nue. »
C’est à l’inverse que nous sommes invités ici, pour la première fois, avec beaucoup de pudeur et d’humour, Armelle nous livre ses secrets d’alcôve…
L’artiste nous raconte ses trente trois chambres, de l’enfance à aujourd’hui, à coup de petits croquis et de textes très courts tapés à la machine Underwood.
Croquis et mots s’assemblent en compositions fragiles.
Dans le cabinet secret, (Barbe Bleue ?) une grande table de lecture nous attend, elles sont là, posées sur une étagère, les chambres d’Armelle sont à partager.

Istambul Impression numérique
Issu d’une série consacrée aux plans de villes, nous sommes ici à Istambul.
D’un côté, un plan tel qu’il représente la ville avec ses rues et ses quartiers, la succession des constructions et leur imbrication dans le temps.
De l’autre, des motifs décoratifs apparaissent, c’est Istambul rangée, véritable anagramme du plan de ville, qui devient alors l’alphabet d’une culture, d’un art.


Armelle Caron expose avec Julia Tallone à la galerie du Domaine Départemental du Château d’Ô en mai et juin.